Protection Biologique Intégrée

Plus de critères ?
 

La Protection Biologique Intégrée (P.B.I.)

 L'achat confiance ... pour des plantations réussies !

 

La Protection Biologique Intégrée (PBI) ...

... pour un jardin, des plantes et des arbustes plus naturels !

Initiée à la fin des années 1980, la Protection Biologique Intégrée est une démarche environnementale qui a pour objectif l’utilisation ou le développement des insectes auxiliaires (insectes dît "utiles") dans et autour des plantes de pépinière dans le but de limiter la propagation des insectes nuisibles à la culture des arbustes d’ornement. Cette démarche globale permet une diminution significative des produits de traitement chimiques qui détruisent à terme la biodiversité. Elle ne peut aboutir que si tous les aspects naturels sont mis en œuvre de manière raisonnée.

Tous les insectes et nuisibles prédateurs des cultures ornementales d’arbustes ont un ou plusieurs ennemis naturels qui régulent efficacement les populations et réduisent les dommages causés aux plantes. Cependant, pour que cette lutte soit efficace il faut que la population des insectes auxiliaires soit suffisamment présente et conséquente dans le milieu naturel. La multiplication des traitements chimiques, si ils permettaient le contrôle et la régulation des prédateurs, a fait disparaître des pépinières une grande partie des insectes auxiliaires. Ces derniers, la plupart du temps polyphages n’étant plus présents les populations de nuisibles réapparaissaient toujours plus importantes nécessitant d’augmenter les traitements de pesticides et les doses de matière active avec pour conséquences la résistance de certains parasites aux produits et la destruction massive de la biodiversité.

La réintégration de cet environnement naturel et équilibré dans et autour des surfaces de cultures est une  des priorités de la pépinière mes arbustes avec pour objectifs la préservation globale de la nature, la production économiquement viable d’arbustes indemnes de parasites et de plantes saines et le bien-être des personnels œuvrant pour cette production. Nos pépiniéristes ont donc d’abord été formé à cette protection biologique intégrée des cultures pour reconnaître les nuisibles mais surtout les auxiliaires, préalable indispensable à la mise en place de cette lutte quotidienne.

Reconnaître les principaux insectes nuisibles, leur mode de vie et les dégâts qu'ils occasionnent aux arbustes. Les répérer rapidement pour mieux les combattre efficacement tout en préservant l'équilibre naturel.

Les Pucerons sont des petits insectes aphidiens en forme de poire ne dépassant pas 4 mm de long. Il existe de nombreuses variétés de pucerons verts, noirs, rouges, jaunes ou lanigères qui parasitent plusieurs espèces d'arbustes d'ornement et en particulier les rosiers. Les pucerons se regoupent sur la face inférieure des feuilles et sur l'extrémité des tiges et n'ont de cesse de sucer la sève des plantes grâce à leurs pièces bucales tubulaires jusqu'à ce que les feuilles se cloquent et se recroquevillent.
Le premier signe de leur présence sur les arbustes sont l'enroulement des feuilles sur elles-mêmes puis le dépôt d'un miellat collant secrété par les pucerons qui provoque l'apparition d'une moisissure noirâtre : la fumagine.
Les pucerons empêchent la bonne croissance des arbustes et déforment ses rameaux pouvant aller jusqu'au déssèchement des organes infectés. Comme les aleurodes, les pucerons en piquant les cellules des arbustes et des plantes sont un des principaux vecteurs de la transmission des virus et des maladies bactériennes.

   
Les Cochenilles appelé parfois "Kermés" sont des insectes minuscules (moins de 3 mm) qui se présentent sous différentes formes comme la cochenille virgule, la cochenille polyphage (photo) ou la cochenille farineuse. Elles ont toutes une longue bouche en forme de stylet qui pénètre les vaisceaux de la plante pour en sucer la sève provoquant le flétrissement des arbustes.
Elles prolifèrent très rapidement en s'incrustant littéralement sur les rameaux des arbustes et plantes ou en s'amassant le long des nervures au revers des feuilles formant de véritables chapelets.
Beaucoup de cochenilles, au fur et à mesure de leur croissance se couvrent d'une carapace cireuse brunâtre ressemblant à un minuscule coquillage qui les protègent des prédateurs, des variations climatiques et qui rend très difficile leur élimination par des moyens chimiques
Il n'est pas aisé de répérer cet insecte nuisible avant l'apparition des premiers dégâts qui se caractérisent par un jaunissement des feuilles puis un déssechement des tiges pouvant aboutir à la mort des arbustes infectés.
   

Le Thrips adulte est un petit insecte volant minuscule au corps mince, jaune orangé ou brun de moins d'un millimètre de long.Les Thrips sont des insectes nuisibles des arbustes, suceurs du contenu des cellules des plantes qui se déplacent d'arbuste en arbuste grâce à une double paire d'ailes velues. Ils s'attaquent aux tissus foliaires mais également à ceux des fleurs des arbustes fleuris attirés par les couleurs claires et vives. Les symptômes provoqués par le Thrips sont avant tout esthétiques décolorant les tiges et les feuilles qui chutent prématurément. Sur les fleurs, le Thrips endommage les pétales qui brunissent en bordure. Pire, les boutons floraux infestés par le Thrips ne s'ouvrent pas, se déssèchent et tombent.
Il est souvent trop tard quand on s'apercevoit d'une attaque de Thrips sur un arbuste car ce sont les dégâts qui nous alertent. Cependant, le cycle de cet insecte passe par une période larvaire et ses larves suspendues sous les feuilles peuvent alerter d'une attaque imminente lorsequ'on les découvre. Il existe également des pièges adhésifs jaunes qui permettent de relever quotidiennement la présence de Thrips.

   
Vulgairement appelé araignée rouge (Panonychus ulmii) ou araignée jaune (Tetranychus urticae) en raison de la similitude avec l'araignée commune, cet insecte quasi microscopique est en fait un acarien à 8 pattes de la famille des Tétranyques. Bien qu'invisible à l'oeil nu, c'est un parasite redoutable des arbustes qui s'attaque aux plantes par temps chaud et sec dans les endroits où l'air circule mal. C'est pourquoi on le rencontre chez les plantes d'appartement mais également chez les conifères et en particulier sur le Thuya, dont le feuillage serré favorise le développement de l'araignée rouge.
Insecte suceur nuisible, on décèle la présence de ces acariens qui s'entassent au revers des feuilles, aux mouchetures blanches visibles à la surface des feuilles, au jaunissement du feuillage et aux petites toiles farineuses tissées d'une feuille à l'autre. Les dégâts provoqués par ces microscopiques araignées sont souvent irréversibles et se traduisent par le rabougrissement des feuilles et des tiges, le déssèchement rapide des rameaux par zone et la mort de l'arbuste.
   

Appelée communément mouche blanche, les Aleurodes sont des insectes volants bien connus des jardiniers amateurs car bien visibles quand elles s'envolent par centaine au moindre contact du feuillage d'où son nom latin de Trialeurodes vaporarium. On trouve la mouche blanche en très grand nombre sur la face inférieure des feuilles où elles déposent leurs oeufs dans l'épaisseur des tissus foliaires d'où naissent des larves vertes et transparentes. Si cet insecte piqueur-suceur est très fréquent sur les cultures légumières sous abris, l'Aleurode est également un nuisible pour de nombreuses espèces d'arbustes comme les Fuchsia, les Azalées où les agrumes.
Voisins des pucerons, les Aleurodes se nourissent de la sève des plantes contribuant rapidement à leur affaiblissement et à leur déperissement. Les larves des mouches blanches secrètent une substance cireuse et collante pour se protéger qui favorise l'apparition de fumagine.
Le cycle de la mouche blanche est très rapide car cet insecte nuisible ne peut se reproduire que par temps chaud et avec une hygrométrie élevée (C'est pourquoi il est aussi présent sous serre).

   
 Le carpocapse

La reconnaissance des prédateurs naturels des nuisibles, un premier pas vers le respect de la biodiversité.

Dans les cultures comme dans les jardins, la présence des parasites des plantes ornementales et de leurs prédateurs est tout à fait normale et constitue ce que l’on nomme la biodiversité. L’idée fausse très répandue est que tous les insectes présents sur les plantes et les arbustes sont nuisibles ce qui est bien sur complétement erroné. Apprendre à les différencier permet de les connaître et de mieux appréhender les moyens de lutte biologique à mettre en place pour un jardin plus nature.

Les Coccinelles

De la famille des coléoptères, elles sont l’emblème de la lutte biologique. Qui ne connait pas ce petit insecte volant, le plus souvent représenté rouge à point noirs, prédateur des pucerons mais dont certaines espèces s’attaquent également aux cochenilles et acariens. Les Coccinelles se déplacent facilement au gré des populations de pucerons qui ont besoin d’une densité élevé de proies pour établir une colonie. Il est donc important de veiller à leur maintien sur les lieux de culture pendant toute la saison en leur fournissant des plantes hôtes.

↑Haut de page↑

 

Voir nos
jeunes plants
Plus de 1600 variétés
produites en France

Votre Fidélité
récompensée

Cumulez des points fidélité
et bénéficiez de remises

Garantie de
reprise* des plants

Offre  végétale
satisfait ou remboursé*

Paiement facile
100% sécurisé
Visa Mastercard | Paypal
Virement | Chèque

Livraison rapide
de 5 à 10 jours*
Offerte dès 95€*
vers France & Belgique

Consulter tous
les avis vérifiés
et commentaires
client mesarbustes

Nos plants

Fidélité

Garanties

Paiement

Livraison

Avis client

En poursuivant votre navigation sur le site internet mesArbustes.com, vous acceptez l'utilisation de cookies pour sécuriser votre connexion, pour faciliter votre navigation, pour vous proposer des offres et des services adaptés à vos centres d’intérêts et pour permettre l'élaboration de statistiques. Pour en savoir plus ou pour désactiver les cookies, consultez notre page de présentation des Cookies